Ce week-end en Midi Pyrénées, les arbitres o­nt montré une fois de plus leurs talents, en faisant respecter les règles déontologiques de notre sport sur le duathlon de Muret…

Je ne ferai pas ici le procès de l’arbitrage sur les triathlon ou toute autre courses que nous pouvons faire. Tout le monde est conscient que sans arbitrage, ou juges arbitres, un sport ne peut exister. Il faut un minimum de règles pour que les compétitions, puisse avoir un sens.

Prenons tout d’abord la mésaventure qu’un jeune de la classe sport m’a raconté, il y a de ça 3 semaines. Il a 11 ans et participe à une compétition de natation (F.F.N) à Castelnaudary, rien à voir me direz vous, avec nos triathlons…
Bref, il fait un 50m papillon, nage qu’il ne maîtrise pas forcément bien. Son 50m terminée, le juge arbitre se donne le droit de dire à ce jeune, « tu es nul, tu nage trop mal, je te disqualifie !!! ». Il nage mal, soit, il veut le disqualifier, qu’il en soit ainsi, mais qu’il dise texto au jeune, « tu es nul !! », c’est un manque de respect envers ce jeune qui pratique la natation.
Et quand la mère du petit va demander très courtoisement, pourquoi il avait parlé ainsi à son enfant, il lui a répondu « votre psychologie, vous savez où vous pouvez vous la mettre !!! ». Quelle élégance, vous ne trouvez pas ?

Ce week-end encore, à Muret, une délégation d’arbitre avait fait le déplacement pour le duathlon. Intransigeance sur les règles de base de notre sport étaient les maîtres mots de l’arbitre principal (no drafting, respect des règles de sécurités, du code de la route….).
Le parcours cycliste présentait une difficulté pour la sécurité : une descente, étroite et sinueuse. Les 2 côtés de la route étaient séparés par une ligne discontinue (pointillés serrés).
Un arbitre, soit disant ne prenant personne en traître (ce sont ses mots), était au milieu de la route dans cette descente afin, soit disant, de protéger les athlètes, pour qu’ils ne dépasse pas l’axe central. Petite précision, il avait son carton rouge à la main, fier comme « Artaban ».
Cette personne, dont je ne fait le jugement (je ne fais que rapporter de faits), prenant des risques pour elle même, c’est permis de « cartonner » 6 athlètes lors de la première course, privant ainsi certains de la seconde manche l’après midi.

Dans le règlement de la Fédération Française de Triathlon, il est écrit : (chapitre intervention des arbitres, – 5. disqualification carton rouge.)
« La procédure à suivre lors de l’application d’un carton rouge à un athlète :
-Coup de sifflet pour capter l’attention
-Annonce du numéro de dossard du concurrent concerné
-Présentation du carton rouge pendant 5 secondes, en annonçant « Disqualifié ».
-L’arbitre doit motiver sa décision au concurrent ».

Or, dans ce cas de figure, l’arbitre était arrêté sur le bord de la route, et ne montrait le carton qu’avec son doigt, n’annonçant aucun numéro de dossard, sans coup de sifflet… Bref, des cartons qui n’avaient aucune valeur de sanction, si o­n applique le règlement de la fédération à la lettre.

L’après midi, ce même arbitre était encore au milieu de la route, dans un virage cette fois ci, en bas de cette même descente, gênant fortement les trajectoires des athlètes (dangereux car risque de sortie de route dans le virage).
Il a mis un carton rouge à un athlète parce qu’il a dépassé une voiture, que ce même arbitre, avait arrêté au milieu de la route, en plein virage !!!! Mais n’importe quoi. Je vous rassure de suite, il a ôté son carton une fois la course terminé, parce que l’athlète en question, est allé le trouver pour lui parler du pays (mais tout en restant courtois).

Alors je pense que Messieurs les arbitres, avant de faire n’importe quoi, et de mettre des cartons à tout va, pour une fois que personne se plaint de drafting et que la course se passe dans de bonne condition : laissez votre cartouchière à la maison, faites respecter les règles mais arrêtez d’emmerder le monde avec des conneries. Et surtout, dites à certain d’entre vous d’aller réviser son manuel du petit arbitre, car c’est bien beau de faire le cow-boy, mais encore faut il connaître le règlement…
Et c’est pas parce que vous allez mettre 10 cartons par course, que vous aurez une prime ou que vous monterez en grade, la seule chose que vous risquez d’avoir, c’est un gars qui pète un câble et qui vous foute son poing dans la gueule !!! En gros, certains d’entre vous vont finir par dégoûter une grande partie d’athlètes, de notre sport.

L’arbitrage en question

4 pesnées sur “L’arbitrage en question

  • 13 avril 2005 à 16:53
    Permalien

    Personnellement, je pense que leurs « cartouchières », ils devraient plutot s’en servir chez eux, au plumar, avec leurs femmes!!!
    Ce fameux arbitre doit surement etre atteint du syndrome :
    « Fuck ces coureurs eux ils savent faire du vélo et moi j’y suis jamais arrivé »(ou un truc dans le genre….)

    Répondre
  • 14 avril 2005 à 18:59
    Permalien

    Petit rectificatif concernant cette news : il ne faut pas faire d'amalgamme avec l'ensemble des arbitres de notre discipline. Elle ne s'appliquent qu'a une infime partie d'individus (en l'occurence les arbitres de la Ligue Midi Pyrénées), et si certaines personnes o­nt pris ces commentaires pour eux, je m'en excuse, car mes propos o­n peut être dépassés les limites… Le dernier paragraphe ne doit en aucun cas être pris comme exemple par personne.
    Alors, jeunes et moins jeunes, et tous autres concurrents qui pratiquent ou veulent pratiquer notre discipline, soyez présents au Breifing, et écoutez les conseils de l'arbitre principal, afin qu'aucun problèmes ne se posent au cours de vos prochaines compétitions…

    Répondre
  • 16 avril 2005 à 8:58
    Permalien

    En tout cas ce type d'arbitrage n'est pas commun. Le papa de Juan n'en fait pas partie, je confirme! (Cf tri LD Carca, hein Juan!) 🙂

    Répondre
  • 16 avril 2005 à 18:40
    Permalien

    eh oui!! moi aussi stroumph , j aurai été victime de cet arbitrage; o­n ne m'a pas retrouver sur le listing d'internet. Enfin tanpis ,pourtant il ne me semble pas avoir drafté en présence de l'arbitre,à part un rappel a l'ordre »Garder vos distances » (alors que j'etais dans les distances de non-draftage) mais sans annonce de mon numéro et sans visu de carton rouge .Ca serait surement le gros( l'arbitre) que j'ai vu au milieu de la route en bas de la descente  , d'ailleurs les propos de l'article ,je pense, son pour lui et non pour tous les arbitres en général…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *